mamiakev.blog4ever.com

mamiakev.blog4ever.com

La page blanche

La page blanche

 

       Je suis une page blanche, une page blanche délaissée depuis longtemps dans un vieux tiroir très souvent entrouvert, ce qui me permet de percevoir l'ambiance environnante. En être extirpée est bien ce que je souhaite le plus au monde, car être ainsi confinée me stresse à un point inimaginable.

J'aimerais devenir digne d'intérêt comme le sont certaines de mes semblables qui trônent maintenant dans de jolis dossiers répertoriés.

N'étant encore ni jaunie, ni écornée, il se pourrait qu'un jour je sois choisie par le gribouilleur des lieux qui s'adonne à des écritures diverses qui le laissent souvent très perplexe.

 

Il me plairait d'être mise à l'honneur pour je ne sais quelle mission qui me ferait sortir de cet antre dans lequel je croupis depuis si longtemps.

A priori, servir de  brouillon ne me séduit guère, car incontestablement vouée à être froissée et projetée dans la corbeille qui sied à côté du bureau et dans laquelle atterrissent les rébus, suprême affront. Mais être parcourue par la douce mine d'un crayon et chahutée par une gomme rose et tendre vaut peut-être la peine d'être vécu...

J'espère en tout cas ne jamais avoir à subir les assauts d'une pointe qui suinte un liquide malodorant qui donne parait-il la nausée.

 

Il se pourrait aussi que la tête pensante de cet endroit se serve de moi pour aligner des colonnes de chiffres, ce qui ne manquerait pas de me donner le tournis tant ces spécimens me semblent rébarbatifs. A quoi cela peut-il bien servir ? Ce serait là me faire offense, car j'aspire à autre chose.

Je redoute aussi le passage dans un système appelé  imprimante  dans lequel se produisent parfois des incidents dits de bourrage qui endommagent douloureusement qui a eu la malchance d'y être introduit. Rien que d'y penser, j'en frissonne !

 

A tout cela, je préfère la magie des mots, même si leur sens m'échappe parfois, n'étant pas aussi savante que l'ami Dico qui siège sur l'étagère du bureau et auquel on a souvent recours en cas de doute. Ces sollicitations ne manquent d'ailleurs pas de le rendre pédant.

Etre la messagère de doux mots d'amour pour une belle me conviendrait tout à fait et c'est bien là la destinée que je souhaite, car triste est le destin de qui ne sert à rien.

                                                          *

Mais voilà que la fenêtre s'ouvre brusquement et qu'un souffle de vent m'éjecte de mon local et me projette au dehors.

  

            Je vole. Que pouvais-je espérer de mieux ?

               Quelle sensation extraordinaire !

                  Belle est la vie.

  

           * Bienvenues seront les marques de sympathie qui me seront témoignées*    



06/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi